DET : Évitez les mauvaises conditions de travail

De mauvaises conditions de travail nuisent à la fois à la motivation de vos collaborateurs et aux performances de votre entreprise. On vous explique comment enrayer cette dynamique !

Publié le

20.6.2022

par

Alexia Benhaim

La perte de motivation des collaborateurs est l’un des principaux écueils à éviter pour les responsables de l’environnement de travail.

Pourquoi améliorer les conditions de travail de vos collaborateurs ?

Pour limiter les effets du désengagement

Mauvaises conditions d’hygiène, infrastructures pas au niveau, sécurité à revoir : ces facteurs participent activement au processus de désengagement de vos collaborateurs.

Menée en 2018, une enquête Ipsos révélait ainsi que :

  • 94 % des salariés estimaient l’hygiène et la propreté comme des facteurs impactant l’ambiance collective ;
  • Pour 93 % d’entre eux, la motivation était plus forte lorsque les conditions de travail s’amélioraient ;
  • 80 % des salariés se sentaient émotionnellement impactés lorsque les règles de propreté n’étaient pas respectées.

Pour limiter les pertes économiques 

Encore négligé par les professionnels français, le sujet du mal-être au travail est pourtant capital. Le groupe de prévoyance Apicil et Mozart Consulting estime ainsi que «les mauvaises organisations du travail sont la première cause de dégradation de la compétitivité des entreprises du secteur privé, bien avant les coûts salariaux et charges sociales ».

Plutôt que de se concentrer sur les performances économiques et comptables d’une structure, il s’agirait, selon le cabinet, de se focaliser davantage sur ses performances psycho-sociales. Pour le secteur privé, le "coût global du mal-être au travail atteindrait ainsi 12 600 euros par an et par salarié, dont seulement 2 500 euros de coûts incompressibles".

Pour attirer de nouveaux talents 

Un sondage Elabe pour « Les Échos », l'Institut Montaigne et Radio classique désigne, par ailleurs, les conditions de travail comme l’une des principales raisons expliquant les difficultés de recrutement des entreprises françaises. 61 % des sondés (71 % chez les cadres) pointent du doigt ce facteur

Au même titre que la rémunération et l’impact social positif de leur métier, les conditions de travail figurent parmi les grands critères de choix des étudiants et des jeunes diplômés.

Pour attirer de nouveaux talents, la fidélisation par l’argent ne fonctionne donc plus vraiment. Donner du sens à leur mission dans un environnement de travail flexible, enrichissant et sain constitue l’un des défis de demain.

Bon à savoir : Comment définit-on de bonnes conditions de travail ? 

Selon l’Accord National Interprofessionnel de 2013, la Qualité de Vie au Travail (QVT) se définit comme : « La capacité pour les salariés à s’exprimer et à agir sur le travail, le contenu du travail, les conditions d’organisation et de réalisation. » Présente dans la littérature anglo-saxonne dès les années 1970, cette notion n’a officiellement fait son apparition en France qu’en 2015, par l’intermédiaire de la loi de Rebsamen.

Environnement du travail - De nouvelles pistes de réflexion à explorer 

La QVT laisse sa place à la QVCT

Voté à l’Assemblée Nationale, l’accord National Interprofessionnel du 9 décembre 2020 relatif à la santé au travail a fait évoluer la QVT (Qualité de vie au travail) vers la QVCT (Qualité de Vie et des Conditions de Travail). Ce changement sémantique fait sens, puisqu’il témoigne d’une approche plus large de cette problématique professionnelle. 

Selon Angelika Mleczko, consultante et formatrice en QVCT :

« Ne plus parler de QVT mais de QVCT permet d’avoir un discours plus clair : l’amélioration de la qualité de vie au travail des salariés s’inscrit dans une série d’actions reliées de manière directe à celle des conditions de travail »

💡 Retrouvez notre article sur le passage de la QVT à la QVCT !

Les actions QVCT à mettre en place 

Dans un mémo publié en décembre 2021, l’ANDRH (Association Nationale des DRH) liste les actions à mettre en place dans le cadre d’une politique QVCT efficace. Elles se divisent en trois grandes catégories : 

  • Les actions structurelles : flexibilité des horaires et du temps de travail, développement de télétravail, primes variables, polyvalence des rôles, clarté du sens du travail, refonte des espaces, etc. 
  • Amélioration continue : formation des managers et IRP, conduite de projets participatifs, espaces de discussion sur le travail, référents QVT etc. 
  • Cadrage : plan SQVT, chartes d'action, Accord, Norme.

Le rôle de l’IoT

Pour ne pas rester de simples promesses, les actions menées dans le cadre d’une politique QVCT devront nécessairement être monitorées. Les objets connectés et les plateformes SaaS pourraient, à ce titre, jouer un rôle précieux, puisqu’ils permettent de recueillir en temps réel des informations utiles et de les exporter dans des rapports de données. Les solutions que vous pourriez envisager de déployer dans l’avenir ? 

  • Les boutons connectés, très utiles pour mieux comprendre l’avis de vos collaborateurs sur un sujet spécifique, la pertinence d’une réunion ou la propreté d’une salle ;
  • Les chatbots, qui permettent de collecter les requêtes des collaborateurs et d’apporter une réponse concrète aux employés ;
  • Les capteurs d’environnement, pensés pour mesurer le taux d’hygrométrie de l’air, la concentration en CO2 d’une pièce ou encore détecter des fuites d’eau. 

💌 Vous voulez améliorer la qualité de vie au travail de vos collaborateurs ?

Pour savoir comment nos outils IoT pourraient s’inscrire dans votre politique QVCT, passez-nous un petit coup de fil ! Nous avons des dizaines d’idées à vous proposer.

Ce qu'il faut retenir :

✅ En tant que DET, l’amélioration des conditions de travail de vos collaborateurs constitue l’un de vos défis majeurs ;

✅ La notion de QVT (Qualité de Vie au Travail) laisse progressivement sa place à celle de QVCT (Qualité de Vie et des Conditions de Travail) ;

✅ Les outils IoT s’inscrivent pleinement dans cette démarche.

Découvrir nos autres articles

L’Arseg change de nom et devient l’IDET | MerciYanis
L’Arseg change de nom et devient l’IDET
28.11.2022

par

Laura Belmonte

L’Arseg c’est THE association autour de l’environnement de travail. Elle est donc présente sur les secteurs d’activités sur lesquels MerciYanis opère. Il y a quelques jours, l’association ARSEG a officiellement changé de nom et s’appelle désormais l’IDET (Inspirer et Développer les Environnements de Travail).

Découvrir
Pourquoi choisir un logiciel GMAO nouvelle génération ? | MerciYanis
Pourquoi choisir un logiciel GMAO nouvelle génération
21.11.2022

par

Alexia Benhaim

Aujourd’hui la GMAO connaît un renouveau grâce à de nouveaux logiciels. Mais quelle différence avec les GMAO historiques, et pourquoi les choisir ?

Découvrir
Outil de ticketing : en quoi ça consiste pour les DET ? | MerciYanis
Outil de ticketing : en quoi ça consiste pour les services généraux
14.11.2022

par

Alexia Benhaim

Les outils de ticketing ont le vent en poupe parce que c’est une solution simple, efficace et digitale pour gérer les demandes, de qui que ce soit et dans presque tous les secteurs du monde de l’entreprise. Mais pourquoi est-ce particulièrement adapté pour les directions de l’environnement de travail et services généraux ?

Découvrir